"Inéluctable" le premier EP de VERSO




Verso dévoile son premier EP : “Inéluctable”, du metal au revers tourmenté qui met “en lumière la noirceur de certaines situations”. Ils nous racontent leur histoire, cette première expérience d’enregistrement et leur projets…



Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous présenter Verso et votre Univers ?

Verso est un groupe de metal alternatif, initialement composé de 2 membres, RoyalG (guitares, voix screams et claviers) et Nico (batteries).

Nous avons été rejoints pendant l'enregistrement par Fred, dite Sardinas (voix claires) et, bien qu'il ne fasse pas encore partie du groupe, par David qui s'est occupé de composer et d'enregistrer les basses sur l'ensemble de l'EP.

En réalité, on jouait déjà ensemble depuis quelques années avec Nico. Mais c'était vraiment pour le plaisir, nous n'avions pas de vrais projets.

Peu de temps avant l'enregistrement, nous pensions même arrêter car ça ne nous menait nulle part.



C'est lors de nos répét' au Woody Wood Studio que nous avons rencontré notre producteur, Vincent. Il nous a motivé à nous lancer dans le vif du sujet malgré notre niveau amateur. On lui doit vraiment beaucoup car Verso n'aurait certainement jamais vu le jour sans lui…

Pour ce qui est de notre univers, nous ne nous imposons pas trop de limites. On souhaite surtout être sincères et faire de la musique avec nos tripes.

On veut marier les genres et faire quelque chose de nouveau, sans tomber non plus dans l'expérimental. On a tous des goûts très différents musicalement, ça nous aide à aller dans ce sens.


D’où vient le nom Verso ?

Le nom Verso, c’est pour mettre en lumière la noirceur de certaines situations : la guerre, la famine, la solitude, la dépression, etc.

C’est aussi rechercher ce qui est caché au fond de nous, ce qui peut nous surprendre, ce à quoi on ne s’attend pas… ce qui nous éclaire.


Verso, c’est plutôt une famille ou une bande de copains ?

Littéralement les deux !

Pour résumer, Verso est désormais composé de 3 membres :

- RoyalG et Nico sont potes

- RoyalG et Sardinas sont de la même famille

- donc Sardinas et Nico sont devenus potes

- et donc Nico fait désormais aussi partie de la famille.


"Quoi qu’il en soit, c'était une expérience inoubliable, des rencontres exceptionnelles, de vrais moments de partage ! On a adoré et on a hâte de recommencer."



Ça va, vous avez suivi ?


Petite précision, Sardinas est en réalité la mère de RoyalG ! Et oui, on a un malus de -100 en crédibilité haha !! Plus sérieusement, le fait qu’elle nous ait rejoint donne vraiment une autre dimension au projet.

Ce n'est pas donné à tout le monde de vivre ce genre d'expérience en famille... On ne sait pas trop nous-même où ça nous mènera sur le long terme mais on verra bien. Pour le moment, on en profite !



Vous venez de sortir votre premier EP de 3 titres, qu’est-ce que ça fait de passer derrière les micros pour la première fois ?

Ce premier EP n’était pas prémédité. On a, du coup, l’impression que nos ressentis et nos émotions sont décuplés.

En tout cas, c'était un sacré challenge ! C'est vraiment super de pouvoir concrétiser ses propres compos. Et d’avoir, aujourd’hui, le sentiment que Verso existe réellement.

Il y a eu beaucoup d’efforts et de travail pour obtenir ce résultat. Mais nous en sommes vraiment très fiers ! Il est rare pour un groupe de commencer avec un enregistrement et une production de cette qualité. Et nous en sommes conscients !

Cependant, nous savons que ce n'est qu'un début... Il nous reste encore du chemin à parcourir pour atteindre un vrai résultat professionnel. Nous comptons bien nous en approcher davantage avec la suite !





Vous avez enregistré l’intégralité des vos morceaux au Woody Wood Studio, comment cela s’est-il passé ?

Comme on ne s’y était pas préparé, on était très loin d’imaginer ce qui nous attendait en entrant en studio.

C'était un véritable défi. En réalité, nous avons composé quasi-intégralement les morceaux pendant le processus d'enregistrement.

On a vraiment été mis à l'épreuve ! Jusqu'alors le groupe n'était qu'un passe-temps et nous n'y accordions que très peu de notre temps. La transition a été brutale.

Nous avons eu des périodes très contrastées. Certaines avec des moments de doute où on se disait qu’on n’y arriverait jamais, que nous n’avions pas le niveau. Et d’autres avec de vrais moments de soulagement quand on finalisait (enfin) une prise.

Mais quoi qu’il en soit, c'était une expérience inoubliable, des rencontres exceptionnelles, de vrais moments de partage ! On a adoré et on a hâte de recommencer.


Avez-vous un souvenir amusant à nous partager ?

Amusants, oui... Mais glorieux pas vraiment !

On pourrait vous parler de la légende de la guitare qui ne peut pas bender, de chercher d’où vient le "souffle" du synthé... qui n’était en fait que le ronflement de Nico qui s’était endormi en pleine séance de travail, et encore beaucoup d'autres...

Mais avec notre malus de -100 en crédibilité, on ne peut pas en rajouter... C'est une question de survie !


Les screams et mélodies de vos morceaux mêlent le français et l’anglais. Pourquoi avoir choisi d’utiliser ces deux langues pour s’exprimer ?

Il n’y a pas de réelles raisons. C’est en fonction de l’inspiration de RoyalG par rapport à la musique.

Bien sûr, nous sommes plus à l’aise avec la langue française pour pouvoir mettre du sens dans nos textes. On pense privilégier par la suite le français mais on ne s’interdira pas de réécrire en anglais.






Qui sont les âmes tourmentées et peu fréquentées de Verso ? Et qu'est-ce qui les tourmente ?

C'est RoyalG et Nico, les deux membres d’origine du groupe qui étaient peu fréquentés. A l'époque, nous étions juste deux ados de nature plutôt solitaire.

Puis ce sont ajoutées des « âmes tourmentées » à notre projet. On ne peut être qu’un peu tourmenté pour y adhérer – nous ne sommes pas vraiment dans les comptines pour enfants.

Alors se sont ajoutés :

- Fred, dite Sardinas, pour les voix claires

- David à la basse

- Valentine aux chœurs

et d’autres personnes rencontrées grâce au Woody Wood Studio qui ont tous, à leur manière, contribué à l’EP.

Tout ce petit monde managé par notre grand sorcier, Vincent… qui, pour nous, a fait de la magie.


Quels sont vos projets pour la suite ?

Tout d’abord, faire découvrir notre EP à un maximum de personnes.

Mais aussi de travailler sur notre album ! Nous avons envie de continuer à apprendre et de poursuivre sur notre lancée. Et qui sait, d’accéder au monde des grands ?

Et puis, c’est quand même excitant de se lancer dans l’écriture de son premier album !

On verra bien où ça nous mènera mais, ce qui est sûr, c’est que personne ne pourra le prévoir – pas même nous haha…